Featured

Subscribe to the webAfriqa Podcast

Subscribe to the Podcast Today!
Please subscribe to the Podcast. Today!

Help webAfriqa’s continued publishing. Subscribe to its Patreon Podcast Today!

Since 1997 webAfriqa has offered free access to accurate information and invaluable knowledge about Guinea and Africa on its dozen of websites. However, the production is not free. It costs time, expenses and know-how on daily basis. To keep providing its service, webAfriqa needs urgently your contribution. Support webAfriqa today by becoming a patron of its Patreon channel.

Ranging from $5 to $50/month, the subscription rates are inclusive of all income levels.

Please act today. Funding through subscription will sustain and improve the websites. Otherwise, they remain at risk. In other words, the continued publication of webAfriqa depends on your prompt commitment and generous support.

When you subscribe you get access to my webAfriqa Podcast titled Why Is Africa Lagging?
Building on the rich content of the websites and on four decades of research, teaching, writing and pondering, it explores and seeks answers to why Africa is a perennial economic and technological laggard, compared to the other continents. And based on accurate facts and authoritative sources, it strives to demonstrate that Africa is —and has been for six centuries— between the Hammer of foreign hegemonies and the Anvil of indigenous elites and rulers.

The first three sessions of the webAfriqa Podcast are online for patrons to access. Dozens more will be recorded and posted.

Thank you!

Tierno S. Bah


Abonnez-vous au webAfriqa Podcast !

Aidez webAfriqa en vous abonnant au webAfriqa Podcast sur Patreon.

Depuis 1997, et à travers ses onze sites, webAfriqa offre l’accès gratuit à des informations de qualité et à des connaissances inestimables sur la Guinée et l’Afrique.

Mai la production de ces sites n’est pas gratuite. Elle est onéreuse et  coûte, au quotidien, du temps, des frais et du savoir-faire. Pour poursuivre et améliorer son service public, webAfriqa a besoin, de façon urgente, de votre contribution.

Supportez webAfriqa, aujourd’hui même, en devenant un parrain de son canal sur Patreon channel. Echelonnés de $5 à $50 par mois, les taux d’abonnement incluent tous les niveaux de revenu. Prière donc de s’abonner sans tarder.

Les recettes serviront à maintenir et à améliorer les sites. Sans quoi, la prestation de ces services serait incertaine, non viable. En clair, la publication continue de webAfriqa dépend de votre prompt engagement  et de votre généreux support.

L’abonnement vous donne accès au webAfriqa Podcast, mon nouveau programme intitulé Pourquoi l’Afrique est-elle en retard ? Mon traitement de cette interrogation majeure  s’appuie sur le riche contenu des sites web, d’une part, et sur mes quatre décennies de recherche, d’enseignement, de publication, et de réflexion, d’autre part. J’explore et cherche des réponses à la question de savoir pourquoi l’Afrique est, de façon pérenne, en retard économique et technologique sur les autres continents.
Me basant sur des faits incontestables, des preuves matérielles et sur des ressources faisant autorité, je m’efforce de démontrer que l’Afrique est placée, depuis plus de six siècles, entre le Marteau d’hégémonies extérieures et l’Enclume d’élites et de dirigeants autochtones.

Les trois premières sessions sont déjà disponibles pour les parrains sur Patreon. Des dizaines d’autres y seront enregistrées et publiées.

Merci d’avance.

Tierno S. Bah

Why Is Africa Lagging?

The central question

There is a widespread awareness of Africa’s ranking as the least developed continent. Therein persists a nagging, perplexing, often frustrating and vexing question. People ask and would like to know Why? How? When? Who? Where? It is highly relevant to earnestly seek answers to Africa’s status as a perennial economic, technical and technological laggard.
These are not merely academic or rhetorical interrogations. They are real-life and, more often than not, life-threatening issues. Thus, every year thousands of young African undertake risky journeys in quest for better living conditions in Europe, Asia, and America.
The recent and steady exodus of inexperienced and unskilled youths  compounds an older, long-standing brain-drain. Both phenomena deprive Africa of its main resource: people. Trained technicians and experienced professionals, teenagers and young adults —the seeds of the future— flee abroad to “greener pastures.”

1999. Death of Yaguine Koita and Fodé Tounkara

One of the root causes of Africa’s stalling consists in what ​Leopold S. Senghor decried as the “ deterioration of the terms of exchange.” Actually, that euphemism harkens back to the Colonial Pact of 1898. Still alive—and worsening—, it dealt Africa a crippling hand. For it sealed the role of the continent as (a) a coerced supplier of raw material and (b) an induced consumer of imported goods.

Approach

The central question will be broken down into dozens of sub-topics that range from the tool-making gap, to slavery, colonization, “independence”, globalization, the Cultural Heritage (language, religion, arts, crafts, literature, ethnicity, nationhood, civilization, tradition, modernity, politics…), racism, alienation, affirmation, collaboration and resistance to foreign hegemony, war, peace, the past and the present.

The webAfriqa channel creator

Elaborating on the Africa, Between the Anvil and the Hammer byline as a linguist, an anthropologist, a technologist, a semanticist, and a web publisher, Tierno S. Bah shares four decades of research, teaching, debating, writing and pondering on the main issue and its many corollaries.
Again, the question Why is Africa Lagging is neither fortuitous nor frivolous. To the contrary, it is a permanent, controversial, highly charged, all-around (history, economy, culture, politics, social), major, legitimate, and utterly challenging theme. A mega-quandary, it has no binary choices, clear-cut answers, or simple solutions!
The webAfriqa channel is backed by the webAfriqa Portal, published since 1997. Espousing the Open Web philosophy, the Portal offers tens of thousands of text, images, audio and video documents, carefully selected from authoritative sources, reliable data, relevant information and genuine knowledge bases. The Portal includes webFuutawebPulaakuwebMandewebGuinéeCamp Boiro MemorialBlogGuinéeSemantic AfricaSemanticVocabAfricawebAmeriqa, etc.
Last, steeped in history and blending social sciences with digital tools and technologies, the channel will focus on the prerequisites that Africa must meet in order to break the chains that keep it down and out.

Tierno S. Bah

Rose Blanche Achkar, RIP !

Mme Rose Blanche épouse de Marof Achkar n’est plus. J’ai été informé aujourd’hui de son décès, survenu le 17 juillet dernier à Paris.

On s’entretint une fois au téléphone en 2015. Ce fut notre premier et dernier contact. D’abord hésitante, la conversation devint détendue. Elle révéla une personne gentille, sympathique, simple, habitée par la sagesse et l’humilité. Elle avait su surmonté la tragédie que Sékou Touré  infligea à sa famille. Et élevé ses enfants, brutalement transformés en orphelines et orphelins de père.

Ambassadeur Telli Diallo et son conseiller culturel Marof Achkar. Washington, DC. 1960
Ambassadeur Telli Diallo et son conseiller culturel Marof Achkar. Washington, DC. 1960

Couple d’artistes

Rose Blanche et Marof se connurent et se marièrent alors qu’ils étaient membres des Ballets Africains de Fodéba Keita. Lui, en tant qu’artiste, chorégraphe et manager, elle, en tant qu’artiste. Née au Bénin, elle adopta et s’intégra, me dit-elle, à la Guinée, le pays de son mari. Le film Allah Tantou contient des plans d’images de Rose Blanche sur scène.

Marof, Rose et leurs enfants: Le bébé dans les bras de sa mère est feu Daivid Achkar, le réalisateur du film Allah Tantou.
Marof, Rose et leurs enfants: Le bébé dans les bras de sa mère est feu Daivid Achkar, le réalisateur du film Allah Tantou.
ONU, New York, 1967. Alpha Abdoulaye Portos Diallo, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, l'ambassadeur Marof Achkar, <a href="https://www.campboiro.org/victimes/bangoura_mohamed_kassory.html">Mohammed Kassory Bangoura</a>, chef de cabinet du ministère des AE.
ONU, New York, 1967. Alpha Abdoulaye Portos Diallo, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, l’ambassadeur Marof Achkar, Mohammed Kassory Bangoura, chef de cabinet du ministère des AE.

Epouse de diplomate et Mère

La brève mais brillante carrière diplomatique de Marof Achkar commença ici, à Washington, DC en 1959, où il fut nommé conseiller culturel de l’ambassadeur Diallo Telli. Celui-ci cumula au début les fonctions d’ambassadeur plénipotentiaire et extraordinaire aux USA et de représentant permanent de la république de Guinée aux Nations-Unies à New York. Marof l’y succéda plus tard et s’imposa rapidement autant par la substance que par le style. Premier président de la commission spéciale de l’ONU sur l’Apartheid, il s’acquitta de ses responsabilités avec compétence et charisme. La presse internationale le surnomma le Clark Gable Africain, en raison d’une ressemblance perçue entre Marof et la vedette du film Autant en emporte le vent. Epouse attachante, hôtesse charmante Rose Blanche fut un pilier du succès de Marof. Elle cultiva la mémoire de son mari après l’assassinat de ce dernier, et l’expulsion (elle et ses enfants) de son pays de mariage et d’adoption en 1971.

New York, 1967. Rose Blanche reçoit en famille la super-vedette <a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Marlon_Brando">Marlon Brando</a>, ami de son mari.
New York, 1967. Rose Blanche reçoit en famille la super-vedette Marlon Brando, ami de son mari.

Rest in Peace, Ms. Achkar!

Tierno S. Bah

 

Race et Racisme. Ethnie et Etat

Race et racisme

Dérivé du concept de race, le mot “racisme” persiste partout au 21e siècle. Aux USA “race” est officiellement employé (recensements démographiques, administration, cartes d’identité, demandes d’emploi, etc.) Et pourtant, cela fait des décennies que le concept même de race a été scientifiquement réfuté. Il a été clairement établi que l’humanité constitue une seule et même espèce génétique et génomique. Au plan biologique elle se compose, non pas de races (noire, blanche, jaune, rouge), mais plutôt de populations, sous-populations, groupes et sous-groupes… Et elle partage plus de 98.8 % de son ADN avec un primate comme le chimpanzé, son plus proche parent dans le règne animal.
En Afrique la colonisation européenne usa — et abusa — du terme race. En réaction, et prenant le contre-pied de l’aliénation  subie à l’école coloniale, la génération anti-colonialiste (1940-1960) fustigea l’idéologie et le discours colonialistes. Mais une fois au pouvoir dans les années dans les années 1960, elle reprit le même langage dans des slogans tels que “A bas régionalisme”, “A bas le racisme !”…

Sékou Touré. Ce qu'il fut. Ce qu'il a fait. Ce qu'il faut défaire Editions Jeune Afrique. Collection Plus. Paris. 1985. 215 p.
Sékou Touré. Ce qu’il fut. Ce qu’il a fait. Ce qu’il faut défaire. Editions Jeune Afrique. Collection Plus. Paris. 1985. 215 p.

En réalité, c’est à l’ethnie qu’ils en voulaient, proclamant à tort   malhonnêtement et malicieusement : « Il n’y a plus d’ethnies (soussou, peule, maninka, guerze, toma, kissi, etc.) en Guinée. Il n’y a que des citoyens militants de la révolution. » Là gît le piège de l’Afrique post-coloniale. Un traquenard tissé du malaise, de l’incapacité, et de la malhonnêteté à gérer la diversité ethnique et culturelle des pays. Car les dirigeants et leurs clientèles ont un comportement ambigu, flou, à la tête de l’état. Ils prêchent le contraire de ce qu’ils pensent. Inversement, ils pensent le contraire de ce qu’ils disent. Ils souffrent du dédoublement de personnalité, de schizophrénie socio-politique, un mal psychologique dont Frantz Fanon posa clairement le diagnostic dans les Damnés de la terre dès 1960. Et dont l’actuel président guinéen est un patient avéré. Lui et nombre de ses pairs pratiquent officieusement ce qu’ils dénoncent officiellement, à savoir la concentration et la confiscation du  pouvoir par des individus et des groupes de leur ethnie. Peu importe le manque de compétence !

Ethnie, Etat et “Racisme”

Sékou Touré fit preuve d’ignorance et d’aberration avec son slogan attaquant le “racisme peul”. En effet, son gouvernement fut à dominante ou en absolue majorité maninka, de 1958 à 1984. Aujourd’hui, Alpha Condé, quatrième successeur-imitateur de Sékou, applique à la lettre le modèle inventé par le premier dictateur de la Guinée. Lansana Conté, Mousa Dadis Camara et Sékouba Konaté le précédèrent sur ce chemin tortueux, inique et jonché de cadavres.

Dans La Guinée : Bilan d’une Indépendance (1964)  B. Ameillon évoque le “népotisme”, “diffus” pour “les postes secondaires” et “très strict au niveau des postes de direction”. Il dégage la composition de la couche dirigeante en « classes d’âge, camaraderie d’école, de village, de parti (étant) à l’origine des fortunes politiques. Sur onze ministres que comprenait le premier ministère guinéen :

  • Trois, soit le quart, étaient nés à Faranah, patrie de Sékou Touré (Il s’agissait de Lansana Diané, Ismael et Sékou Touré)
  • Quatre, soit le tiers, étaient passés par l’école normale primaire de William Ponty.
  • Hormis une exception, ils étaient tous nés autour des années 1920 (c’était Abdourahmane Dalen Diallo dit “Vieux Doura”) »

A cela s’ajoute que le gouvernement ne compta aucune femme durant les cinq premières années de la république de Guinée, 1958-1963. Cela n’empêcha pas le régime de discourir à longueur de journées sur sa politique de promotion féminine. Pure démagogie doublée de crime ! Loffo Camara devint, certes, la première femme membre du cabinet le 1er janvier 1963. Mais en toute chose, il faut voir la fin. Et dans le cas de Mme Camara, ce fut tragique puisque Sékou Touré n’hésita pas à la faire fusiller le 25 janvier 1971 à l’aube, en même temps que Habib Tall, Balla Camara, Baba Camara, et des dizaines d’autres victimes, pendues ou passées par les armes à travers le pays ce jour-là. Quelques heures plus tôt, Sékou et les membres du Bureau politique avaient assisté à la pendaison nocturne d’Ousmane Baldet, Barry III, Moriba Magassouba et Kara Soufiane Keita au Pont du 8 novembre.

Loffo Camara : victime-martyre de Sékou Touré

Toutes ces tueries avaient pour but, entre autres, d’éliminer des cadres compétents décidés à bâtir le pays. Sékou Touré, lui, avait choisi le népotisme, l’incompétence et le clanisme. De 1971 à sa mort le 26 mars 1984, sa famille et ses alliés avaient complètement accaparé l’Etat.
Aujourd’hui, président Alpha Condé continue aveuglément une telle politique, qui ruina et qui continue d’appauvrir la Guinée.

Un seul gouvernement : la famille
Family Feuds

Ce à quoi feu Bâ Mamadou répondit éloquemment : La Guinée est une République, pas une famille. La formule présentant la Guinée comme une famille est au mieux légère et superficielle. Mais, au pis, on tient ce langage  pour parler, prématurément, de la “réconciliation nationale” sans que le préalable indispensable et la condition sine qua non de la JUSTICE aient été remplis. Dire que la Guinée est une famille implique, délibérément ou pas, l’atténuation voire la négation des violations des droits de l’homme en cours depuis 1958. Cette formule suggère que les Guinéens forment une famille. Dès lors, insinue-t-on, ils doivent se pardonner. Interprétée de la sorte, l’affirmation n’est ni généreuse, ni désintéressée. Au contraire, elle vise, d’une part, à occulter les victimes, et, d’autre part, à innocenter les bourreaux, et à absoudre les perpétrateurs, tous agents de “l’état républicain”. A la longue, la déclaration “La Guinée est une famille” pourrait préparer les esprits  à la passivité face aux crimes passés et présents de l’Etat. Elle deviendrait, ce faisant, un clin d’oeil complice, une approbation tacite de l’impunité en Guinée. Attention, donc ! Si le continent africain peut être réduit à un seul pays, alors la Guinée pourrait être ramenée à une famille !

Le Gouvernement par le complot

La tendance à s’entourer des “siens” s’accentua. Et Sékou Touré plongea dans l’absurde avec son complot contre les Fulbe et avec l’assassinat de Telli Diallo et de ses co-accusés, l’appel du pied cynique à Saifoulaye Diallo.

Discours anti-peuls de Sékou Touré
Sékou Touré : Gouvernement par le Complot et le Crime
La sale guerre de Sékou Touré contre les Peuls

Mais le châtiment de l’Histoire, la punition divine et la rétribution par Allah   ne tardèrent pas à le frapper.  En effet, en 1977, quelques mois après la mort atroce de Telli Diallo, Dr. Alpha Oumar Barry, Alioune Dramé, lieutenant Alassane Diallo, capitaine Lamine Kouyaté et leurs compagnons au Camp Boiro. Sékou Touré reçut, toutefois, la “compensation” de sa faillite et de sa cruauté la même année. C’était en fin août. Et les femmes, ménagères, marchandes au détail, marchèrent sur la présidence. Elles le désavouèrent ouvertement, publiquement. Et elles lui  crachèrent leur rejet total de sa politique de paupérisation, d’oppression et de répression.…

Ils furent assassinés sous le faux prétexte du “racisme peul”, un poison concocté par les machinations diaboliques et meurtrières du “responsable suprême de la révolution”, et qui continue d’infester la Guinée.

Ethnie et Institutions

Le rapprochement entre l’ethnie et les institutions républicaines. les est difficile à soutenir. Car la première est préhistorique, présente et pérenne, tandis que les autres sont récentes, fictives, embryonnaires, faibles. Et leur destin demeure incertain.
Sur tous les continents et dans presque toutes les sociétés, les traditions culturelles de l’ethnie régissent le cycle de la vie de l’individu: naissance, mariage, mort.
S’appellant “états-nations”, les républiques post-coloniales africaines ont du mal à gérer leur dualité, qui résulte du fait qu’elles sont composées de populations rurales et traditionnelles, d’une part, et qu’elles sont dirigées par des minorités occidentalisées, acculturées et aliénées. Cette réalité indéniable fait de l’état africain une entité stratifiée, où la minorité pense et impose ses diktats à la majorité.
En vain, car comme le rappelle l’adage : « Chassez le naturel, il revient au galop.”.…

Confusion à éviter

Il ne faut donc pas confondre l’ethnie et de l’ethnicité d’une part, et l’ethnocentrisme et l’ethnocratie, d’autre part. Les deux premières réalités doivent être assumées fièrement car elles affirment l’identité des uns et des autres. Elles soulignent la nécessaire et enrichissante diversité de la culture  et de la nature. Quant au second couple, il n’apporte que le sectarisme et la division.
Forme universelle d’organisation sociale, l’ethnie est le socle des sociétés. En tant que telle, elle  résiste au passage du temps et remplit des fonctions évidentes et éminentes. Par exemple, elle assigne les noms et les prénoms (de famille et d’individu), elle fixe le rituel des cérémonies (mariage, baptême, funérailles), etc. Elle repose sur des valeurs positives. Elle  englobe naturellement et gère légitimement la famille, qui est, au-dessous du clan, sa cellule formative, son unité constituante de base. A travers l’histoire, empires, royaumes, république, dictatures (dont celle de Sékou Touré) ont cherché à se substituer ou à briser l’ethnie. En vain. Celle-ci plie parfois, mais elle ne casse jamais !

Consulter ma republication de Outline of Cultural Materials sur SemanticVocabAfrica. Cette vaste classification anthropologique inclut des termes tels que : ethnic stratification, ethnometeorology, ethnophysics, ethnogeography, ethnobotany, ethnozoology, ethnoanatomy, ethnophysiology, ethnopsychology, ethnosociology, ethnocentrism

Réversible, horizontale et verticale, directe et indirecte, une hiérarchie lie l’individu et la famille à la société et à l’état. On peut la schématiser comme suit :

individu famille clan tribu ethnie société état nation

Matérielle et immatérielle, locale et empruntée, indigène et allogène, la culture constitue le dénominateur commun des entités ci-dessus énumérées. Elle oriente et s’enrichit de l’apport de composantes — constantes et variables dans le temps et l’espace — que sont la langue, la santé, l’économie, l’habitat, les technologies de fabrication, la politique, les coutumes, la religion, les arts, etc.

Moralité :  le pays, l’état, la république (démocratique ou non) ne peuvent pas être une famille, en dehors de la figure de style et de la métaphore.

L’étude de la vraie famille (biologique, sociale et culturelle) constitue un vaste domaine de recherches et de connaissances, théoriques et pratiques. Elle porte, entre autres, sur la famille nucléaire et étendue, le système de parenté, la règlementation du sexe (permissions et tabous). Lire G. Murdock , Social Structure, pour une anthropologie culturelle globale, M. Dupire, L’Organisation sociale des Peul, pour une ethnographie appliquée, Y. Wane, Les Toucouleur du Fouta Tooro : Stratification sociale et structure familiale, pour une approche sociologique. Enfin, pour une analyse critique, consulter G. Leclerc. Anthropologie et colonialisme: essai sur l’histoire de l’africanisme.

Quant aux institutions étatiques, elles ont de la peine à exister en Guinée. Car en théorie la Constitution garantit l’égalité et la parité entre les trois branches de l’Etat : législatif, exécutif, judiciaire. Mais en pratique, le législatif et le judiciaire végètent sous le poids étouffant du pouvoir exécutif. Et l’administration — logiquement placée sous l’autorité du chef de l’Etat — se dissout par la déréliction du président de la république et dans la gangrène de la corruption que celui-ci pratique et encourage.

Tierno S. Bah